1/3

LES FILLES DU BORD DE MER

HEBERGEMENTS

Lieux inspirés pour vos vacances et week-ends sur la côte normande.

DEPUIS 

2009

Port-en-Bessin (14)

Gîtes

www.lesfillesduborddemer.com

Boutique

www.compagnie-mer.com

La maison sur le quai, le loft du matelot, un bateau sous mon transat, le matelot et la normande, poisson nomade, l’esprit du port, la mer est belle, le matelot à carreau, la cabane des pêcheurs...

Neuf locations aux noms maritimes évocateurs rénovées par deux femmes : ce sont les Filles du Bord de Mer.

L’aventure d’Astrid et Laurence à Port-en-Bessin a débuté il y a maintenant onze ans. Elles proposent à la location un ensemble de gîtes (maisons et appartements), tous vue mer, village ou port. Désormais un café-boutique et quelques événements éphémères complètent leur jolie offre. Du simplement beau, du chic pratique et décontracté, “pour être comme à la maison, la mer en plus”. Rencontre avec deux personnalités qui illustrent délicatement la douceur et le bien-vivre sur la côte normande.

Tout quitter et regagner sa Normandie natale

 Derrière la formule “Les Filles du Bord de Mer”, il y a deux normandes natives les yeux rivés sur la côte...

Nous sommes Astrid et Laurence, respectivement haute et basse normandes, la petite cinquantaine. On se connait depuis nos études universitaires à Caen. Après deux belles carrières parisiennes bien remplies pendant vingt ans, nous avons posé nos valises pour un départ sans retour, du côté de Port-en-Bessin. Tout est parti d’un coup de coeur pour une petite maison à vendre sur le port, et aussi pour Astrid l’envie de plus en plus furieuse de vivre davantage en extérieur, à un autre rythme, de respirer. On vouait un amour depuis pas mal d’années déjà pour les côtes bretonnes et normandes que l’on affectionnait particulièrement pour nos week end. Des pauses devenues nécessaires... qui nous ont finalement conduites à nous installer sur le littoral et à lancer notre activité à plein temps.

Votre offre de gîtes est plutôt inédite : neuf locations au total, toutes situées dans le coeur de cette petite ville qu’est Port-en-Bessin, vue sur la mer, le village de pêcheurs et le port. Tout s’est construit pas à pas ? 

Notre premier projet, “la maison sur le quai”, a été signé en deux jours. Une montagne de travaux à faire, mais en réalité rien qui ne nous fasse peur. Au premier étage il y avait des cartes postales anciennes du littoral avec des endroits un peu confidentiels où l’on allait avec des amis de la fac. Ca été le déclic. On a décidé qu’on en ferait un gite, en attendant un jour d’en faire notre pied à terre. On a fait ça très simplement, mais avec beaucoup d’amour, de coeur, et ça été très bien accueilli par la presse sans même le vouloir. 

Puis au fil des années et des opportunités, on a fait d’autres acquisitions : des coups de coeur mais aussi des choix en fonction de la demande. Ainsi avec l'engouement pour le court séjour, on a acheté une maison que l’on a divisé en trois appartements, plus simples à gérer pour des week ends.

Crédit photos gîtes : Les Filles du Bord de Mer

L'intemporalité et la durabilité comme fil conducteur

Vos maisons sont toutes anciennes, avec du cachet, habillées de vieux meubles restaurés...

Toutes nos maisons sont de vieilles maisons de pêcheurs, avec leurs qualités et leurs défauts, mais surtout beaucoup de charme et d’âme. Ce qui compte pour nous c'est de ressentir les lieux, d’ailleurs leurs anciens propriétaires et ce qu’ils y ont laissé nous influencent. Quelque part, on ressent leurs ondes.

Justement, comment fonctionnez-vous pour la décoration ?

Par exemple pour “Un bateau sous mon transat”, l’ancien propriétaire avait donné à ce lieu une âme très masculine, j’étais tombée pendant le déménagement sur une paire de rames noires et des vieilles gamelles. Ca a clairement guidé mon inspiration et je suis partie sur de la pierre, du cuir et du métal.On souhaite habiller nos lieux d’un style intemporel. Cela n'empêche pas le coup de coeur design, mais nous souhaitons que ce soit tous des cocons paisibles, neutres, chaque hôte doit pouvoir se l’approprier. L’environnement maritime très présent à l’extérieur suffit, il n’y a pas besoin d’en rajouter.

Racontez-moi votre dernier projet : la Compagnie Ordinaire de la Mer. En quoi est-ce que cette boutique complète votre offre de logements ?

On prône avant tout l’art de vivre avec simplicité. Dans nos vies privées déjà, on a toujours adoré les bonnes bouffes entre amis, on voulait reproduire ça auprès de nos hôtes. Notre boutique est à la fois une réception où l’on vient récupérer les clés des gîtes, c’est aussi un showroom pour valoriser les créateurs dont les oeuvres décorent nos locations mais pour lesquels on ne voulait pas que la relation s’arrête là, une boutique avec des marques que l’on apprécie, et enfin un café-jardin où déguster et emporter des produits culinaires locaux. Comme on gère tout nous deux, la boutique est ouverte seulement les dimanches, jours fériés vacances scolaires et sur rendez-vous.

Valoriser le littoral et son écosystème

Crédit photos gîtes : Les Filles du Bord de Mer

Grâce à votre activité, vous contribuez forcément à dynamiser le village ? 

Oui c’est vrai. On a créé une offre qu’il n’y avait pas. On a vraiment envie de valoriser cette petite ville, et ce littoral en général. Ce n'est pas Deauville, ni Honfleur, mais c’est authentique. C’est un lieu qui a subi les affres du débarquement, c’est “brut de pomme”, marqué par l’histoire, ça a son caractère propre, et c’est au final attachant ! D’ailleurs, nous ne nous étions pas préparées à nous passionner autant pour ici, à vouloir défendre les produits et artisans du coin comme nous pouvons le faire désormais. C’est un coup de coeur qui est allé crescendo... 

L'art de vivre sur la côte normande est à la base de votre démarche. Que retenez-vous de cette côte particulièrement ?

En fait, on imaginait rien de tout ça au départ, et c’est extrêmement prenant. On aime le contact, rencontrer nos hôtes, s’investir dans la vie de la région et du village. On a toujours beaucoup d’idées qui fourmillent, et l’an prochain on devrait pouvoir développer une gamme de services plus complète. 

L’important reste de partager des valeurs communes autour de la vie en bord de mer, des balades le long des quais, du bien manger, de l’intérêt pour les producteurs, les artisans. Nos clients ont souvent les mêmes aspirations, et c’est bien rare qu’on ne soit pas en phase. On se surprend à recevoir des américains, australiens, israéliens qui partagent ces principes à l’autre bout du monde. C’est cela qui fait le sel de ce qu’on fait. Parce que soyons honnête, au quotidien sortir les poubelles, détacher les draps et faire l’administratif, ça n’est pas le plus palpitant ! 

Vivre à la mer : c’est un luxe qu’il fasse beau ou mauvais. Contempler une tempête c’est effrayant et fascinant à la fois. Nous, nous avons la particularité de vivre sur un port de pêche et de réparation navale, ce qui est encore une ambiance différente comparé aux maisons de plage : fréquenter les pêcheurs, observer les bateaux qui rentrent et qui sortent en fonction des marées et saisons de pêche, assister à la débarque, être sensibilisées aux enjeux économiques de la pêche, aux traditions populaires et fêtes locales qui se perpétuent de génération en génération. L’ambiance y est unique : en pleine nuit peuvent apparaître le jaune ou l'orangé des combinaisons de pêcheurs, la cigarette au bec, qui rentrent au port. Des tableaux uniques !

dadawcrazcc2oq1edb1y.jpg

Comment vit-on ses vacances lorsque c’est son propre métier de recevoir ?

On avait l’habitude de beaucoup voyager dans notre vie d’avant et le rythme s’est forcément un peu essoufflé avec les gîtes car on a fait le choix de fermer notre activité lorsque l’on s’absente. Continuer à voyager est important pour être au plus près des attentes de notre clientèle. On parle énormément travail pendant nos congés avec ceux qui nous accueillent, de nos expériences en tant que propriétaires et gestionnaires.

On a besoin de la mer, même lorsqu’on part pour une destination citadine, on la choisit en fonction : Copenhague, Boston… Besoin de voir derrière l’horizon, les odeurs, les lumières, les embruns. Les couleurs de la mer qui changent, comme une musique : tour à tour le spleen, la force, la mélancolie… en fonction des marées, la mer nous parle ! On l’aime d’autant plus qu’elle s’est révélée à nous, nous qui ne sommes pas des filles issues de familles de gens de la mer.

Crédit photo : SM/My Normandie